GoSol.solar

Habités par leur foi dans l’énergie solaire, Eerik et Lorin construisent des concentrateurs. En voyage, ils rencontrent Eva, qui les rejoint dans l’aventure. De passage en France, ils cherchent quelqu’un pour ramener des images. Eva me raconte leur histoire et je les rejoins. Quelques années plus tard, GoSol est née. Elle déploie son modèle low tech en Afrique et en Asie, développe des partenariats avec des ONG locales et internationales, et forme de jeunes entrepreneurs à l’artisanat solaire. La foi est intacte, et leur espoir grandit de faire reculer la déforestation, en accompagnant la transition énergétique des pays émergents.

Novembre 2014. L’équipe de GoSol s’est installée à Tampere, en Finlande. Urs, Will et Arnaud ont rejoint le trio. L’heure est à l’élaboration du modèle économique. GoSol tente de concilier approche open source et approche industrielle. Direction la Finlande, pour un film de présentation de l’équipe.

Lorin, Urs, Will, Eerik, multiplient les voyages,

 

filment leurs constructions chez les artisans, dans des fab labs, des showcases.

 

En lien avec Eva, je participe à l’écriture et prends en charge les montages.

Avril 2015. GoSol lance une campagne de crowdfunding. Nous travaillons en amont sur le message. L’équipe se filme elle-même autour d’un lac gelé. Un gros travail de montage, mêlant photos, animations et vidéo, restitue la matière riche et hétérogène des tournages sur le terrain. La campagne “Free the sun” récolte plus de 200k vues sur YouTube.

L’histoire est une matière riche, subtile, complexe.

 

En être témoin requiert une sensibilité particulière, une écoute, une présence.

 

Avec GoSol, il fallait de la continuité dans le travail.

Juin 2018. La technologie GoSol a fait la preuve de son efficacité. Des boulangeries solaires voient le jour au Kenya et en Ouganda. Il s’agit désormais de former les futurs artisans solaires, en partenariat avec des ONG. Dans cette “Transition video”, GoSol expose son écosystème, son actualité sur le terrain, et son nouveau modèle.